Aller au contenu. | Aller à la navigation


Type your slogan here

Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / Espace Matière / Sciences Economiques et Sociales / Revue de presse (AP Term) / Revue de presse A.Boulet & F.Chavagnac du 1er au 6 octobre 2012

Revue de presse A.Boulet & F.Chavagnac du 1er au 6 octobre 2012

Faut-il réformer les banques et isoler leur activité spéculative ? Quelles sont les inégalités de revenus au sein de l'Union Européenne ? Une dépression en France au 3è trimestre selon la Banque de France ... La mise en vente de la FNAC par le groupe PPR.

PROGRAMME DE TERMINALE pour Revue de presse

THEMES / Notions

Nom : Boulet Armand et Florian Chavagnac

Classe : Tes 3

Economie

1. Croissance, fluctuations et crises

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique ?

Notions : PIB, IDH, investissement, progrès technique, croissance endogène, productivité globale des facteurs, facteur travail, facteur capital.

http://www.capital.fr/bourse/actualites/la-banque-de-france-prevoit-toujours-un-recul-de-0-1-du-pib-au-3e-trimestre-764795

Cet article du magazine Capital qui sort tous les mois a été mis en ligne le 08/10/2012 à 9h27. Il montre que la Banque de France prévoit toujours un recul de 0.1% du PIB au 3éme trismestre. Ce n’est qu’une estimation. L’INSEE a calculé de son côté qu’il y aurait probablement une croissance nulle du PIB au troisième comme au quatrième trimestre. Suite à cette estimation de la Banque de France, on voit apparaître également un point de baisse de l’indicateur du climat des affaires dans l’industrie à 92 et une stabilité de celui des affaires à 91. Donc cette estimation du recul du PIB de 0.1 % se traduit aussi par le fait que dans les services, l’activité a baissé le mois dernier, les effectifs n’ont pas évolué et on peut voir aussi que les prix des matières premières et des produits finis ont augmenté. Malgré tout cela, ce n’est qu’une estimation et les perspectives pour le mois d’octobre sont un peu plus favorables que pour celui de septembre car les effectifs n’ont pas évolué et les prix se sont légèrement contractés.


1.2 Comment expliquer l'instabilité de la croissance ?

Notions : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression, déflation.

2. Économie du développement durable

2.1 La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l'environnement ?

Notions : Capital naturel, physique, humain, social et institutionnel, biens communs, soutenabilité.

2.2 Quels instruments économiques pour la politique climatique ?

Notions : Règlementation, taxation, marché de quotas d'émission.

Sociologie

1. Classes, stratification et mobilité sociales

1.1 Comment analyser la structure sociale ?

Notions : Classes sociales, groupes de statut, catégories socio-professionnelles.

1.2 Comment rendre compte de la mobilité sociale ?

Notions : Mobilité intergénérationnelle/intra-générationnelle, mobilité observée, fluidité sociale, déclassement, capital culturel, paradoxe d'Anderson.

2. Intégration, conflit, changement social

2.1 Quels liens sociaux dans des sociétés où s'affirme le primat de l'individu ?

Notions : Solidarité mécanique/organique, cohésion sociale.


2.2 La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social ?

Notions : Conflits sociaux, mouvements sociaux, régulation des conflits, syndicat.

Regards croisés

1. Justice sociale et inégalités

1.1 Comment analyser et expliquer les inégalités ?

Notions : Inégalités économiques, inégalités sociales

http://www.inegalites.fr/spip.php?article1646

Cette analyse de l’Observatoire des inégalités a été publiée le 05/10/2012. Celle-ci montre l’inégale répartition des revenus entre les pays européens. Ainsi on apprend que le revenu médian en Europe est de 1230 euros mensuels ce qui pourrait paraitre tout à fait acceptable, seulement cette moyenne cache des écarts colossaux comme entre la Roumanie qui est considérée comme le pays le plus pauvre d’Europe avec un revenu médian de 295 euros mensuels et l’Autriche qui détient le plus haut revenu médian avec 1590 euros mensuels. Cet écart se maintient également en comparant les 10% les plus pauvres de Roumanie qui ont un revenu moyen de 120 euros mensuels et ceux d’Autriche qui touchent 900 euros soit 7,5 fois plus. Il y a donc un fossé entre le revenu médian de chaque pays qui se retrouve en analysant les mêmes classes sociales de pays différents. Cette analyse indique même qu’être parmi les 10% les plus riches dans un pays de l’Europe de l’Est n’est pas forcément réjouissant, par exemple le revenu moyen de ces 10% des plus riches atteint 600 euros par mois en Roumanie, soit le revenu moyen des 10% les plus pauvres d’Italie et celui-ci reste encore moins élevé que le revenu des plus pauvres d’Autriche ou encore de Suède. La comparaison des revenus peut également se faire entre les différents pays riches d’Europe comme c’est le cas pour l’Espagne et la Suède dont parfois les écarts peuvent apparaitre énormes, notamment en opposant leur niveau de vie médian, celui de la Suède étant de 36% supérieur a celui espagnol ou encore le revenu des 10% les plus pauvres de Suède (839 euros) est le double des 10% d’Espagne (451 euros). Pourtant lorsque l’on observe les 1% les plus riches, cette tendance s’inverse et les espagnols prennent 5% de plus que les suédois. Il faut alors comprendre par là que les riches espagnols ont su exploité le développement de leur pays afin d’augmenter leurs gains et que l’ajout des écarts de revenus du au manque de redistribution n’aide aucunement leur pays à dépasser leurs difficultés économiques. En ce qui concerne les français, les 10% les plus pauvres (812 euros mensuels) sont les 3èmes plus riches en Europe après la Suède (839 euros) et l’Autriche (887 euros). Quand aux plus riches, les 1% les plus riches disposent de 60% de plus que les suédois de la même catégorie et les 10% les plus riches 16% de plus. D’après ces chiffres, on peut donc dire qu’en France les inégalités se situent chez les plus riches dans le sens où leur revenu est largement supérieur comparer à d’autres pays comme la Suède où les disparités entre riches et pauvres sont moindre.

1.2 Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ?

Notions : Égalité, équité, discrimination, méritocratie, assurance/assistance, services collectifs, fiscalité, prestations et cotisations sociales, redistribution, protection sociale.

2. Travail, emploi, chômage

2.1 Comment s’articulent marché du travail et organisation dans la gestion de l’emploi ?

Notions : Taux de salaire réel, coût salarial unitaire, salaire d'efficience, salaire minimum, contrat de travail, conventions collectives, partenaires sociaux, segmentation du marché du travail, normes d'emploi.

2.2 Quelles politiques pour l'emploi ?

Notions : Flexibilité du marché du travail, taux de chômage, taux d'emploi, qualification, demande anticipée, équilibre de sous-emploi, salariat, précarité, pauvreté.

Economie

3. Mondialisation, finance internationale  et intégration européenne

3.1 Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ?

Notions : Avantage comparatif, dotation factorielle, libre-échange et protectionnisme, commerce intra-firme, compétitivité prix et hors prix, délocalisation, externalisation, firmes multinationales.


http://www.leparisien.fr/economie/ppr-veut-introduire-la-fnac-en-bourse-pour-s-en-separer-08-10-2012-2214825.php

Cet article est extrait du journal le Parisien qui est un quotidien et a été publié le 08/10/12 à 8h51. Il parle du Groupe PPR qui veut introduire la Fnac en Bourse pour s’en séparer, anciennement connu sous le nom de Pinault-Printemps-Redoute. Le groupe PPR est une  société ayant pour vocation de regrouper des participations dans diverses sociétés et d'en assurer l'unité de direction, elle comprend elle-même plusieurs groupes ou marques et au travers de ces filiales de luxe (Gucci, Puma, Yves Saint Laurent) redistribuées un peu partout dans le monde, le groupe PPR développe un portefeuille de marques mondial. Cette société a été créée par François Pinault un milliardaire et actuellement gérée par son fils. Le groupe PPR a décidé d’isoler les magasins de biens culturels comme la Fnac dans cet article mais il parle aussi de La Redoute. Le groupe PPR prévoit donc une réunion pour mettre en place les modalités et le calendrier de la vente de l’enseigne. Le groupe PPR s’est rendu compte que l’avenir de la Fnac n’irait qu’en s’aggravant car personne n’irait acheter de CD ou de livres à grand tirages car le e-commerce forme une trop grande concurrence. Le groupe PPR s’est rendu compte qu’il devenait victime de la concurrence du commerce électronique et de la dématérialisation croissante des produits (musiques, vidéos…)  La Fnac a réalisé un chiffre d'affaires en baisse de 3,2 %, en 2011. Donc c’est pour cela que le groupe PPR, suite aux résultats courants négatifs de la Fnac, a décidé de se séparer de sa filiale en programmant de la mettre en bourse et a programmé d’isoler toutes les filiales culturelles qu’il possède également.

3.2 Comment s'opère le financement de l'économie mondiale ?

Notions : Balance des paiements, flux internationaux de capitaux, devises, marché des changes, spéculation.

http://www.liberation.fr/economie/2012/10/02/banques-la-speculation-au-piquet_850471

Cet article paru dans Libération et écrit par Nicolas Cori a été publié le 02/10/2012. Il traite des solutions possibles qui permettraient d’éviter une nouvelle crise économique. Tout le monde est d’accord sur le fait que c’est l’importante spéculation des banques qui a déclenché la crise de 2008. Il faut donc cloisonner les activités des banques essentielles à l’économie de la spéculation. Erkki Liikanen (gouverneur de la Banque de Finlande) conseille dans un rapport de séparer les activités causant les spéculations et de les placer à part dans les banques. Les Etats Unis ont déjà proposé et adopté leur solution, nommée "Volcker Rule". Elle a pour but d’interdit les banques dites d’investissement de spéculer avec leur propre argent. De l’autre côté de l’Atlantique, le Royaume Uni lui aussi aurait trouvé une solution, il suit le rapport de John Vickers qui propose d’isoler les activités des banques dans des structures juridiques où les activités de marché sont exclues. La solution du gouverneur de la Banque de Finlande penche donc plus du côté de Vickers car il ne veut en aucun cas remettre en cause le type bancaire européen ni sortir les activités de spéculations de celle-ci. Ainsi les banques pourraient continuer à pratiquer leur « spéculation » mais en les isolant dans des filiales totalement séparées pour qu’elles n’aient que très peu de contacts avec le reste des activités bancaires. Ces possibles solutions sont encore loin d’entrer en vigueur car elles connaissent des réticences. Les banques françaises jugent la solution Vickers inapplicable car trop chère et non adaptée à leurs structures. Et de l’autre côté, les Américains ont repoussé la mise en place de la "Volcker Rule" à 2014 au lieu de 2012. Alors quelle solution ? Pour le moment la priorité de la Commission Européenne est de résorber la crise sur la monnaie européenne et de réussir à poser les bases de l’Union Bancaire, programme qui permettra à la BCE (Banque Centrale Européenne) de pouvoir surveiller l’intégralité des banques de la zone euro. Mais l’Allemagne voudrait, elle, que l’Europe prenne son temps pour ne pas fournir un travail bâclé.


3.3 Quelle est la place de l'Union européenne dans l'économie globale ?

Notions : Euro, union économique et monétaire.

Actions sur le document