Aller au contenu. | Aller à la navigation


Type your slogan here

Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / Espace Matière / Sciences Economiques et Sociales / Revue de presse (AP Term) / Revue de presse B.JENNY & R.CHRAA du 8 au 13 octobre 2012

Revue de presse B.JENNY & R.CHRAA du 8 au 13 octobre 2012

Le ralentissement de la demande de pétrole ; l'avis du Ministre de l'Economie et des Finances sur les politiques d'austérité en Europe ; le réchauffement climatique, une préoccupation mondiale ; la mobilité sociale des enfants d'immigrés équivalente à celle des non-immigrés à milieu social égal ...

THEMES / Notions

Nom : JENNY Blandine et CHRAA Rania

Classe : TES3, du 8/10 au 13/10 / 2012

Economie

1. Croissance, fluctuations et crises

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique ?

Notions : PIB, IDH, investissement, progrès technique, croissance endogène, productivité globale des facteurs, facteur travail, facteur capital.

1.2 Comment expliquer l'instabilité de la croissance ?

Notions : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression, déflation.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/12/pierre-moscovici-l-europe-sera-aimee-des-peuples-si-elle-offre-des-perspectives-de-croissance_1774824_3234.html

Cet article est paru dans Le Monde le 12/10/2012. Il s’agit d’une interview accordée par Pierre Moscovici, ministre français de l’économie et des finances au journaliste Alain Faujas.

Alors qu’il participe aux assemblées annuelles du FMI (Fonds Monétaire International) et de la Banque mondiale à Tokyo, Pierre Moscovici  donne son avis sur l’appel lancé par le FMI à ses Etats membres à « ne pas tuer la croissance par des mesures d’austérité budgétaire ».

Il annonce que pour réussir son désendettement, la France doit ramener son déficit budgétaire à 3 % dès 2013. Pourtant, tout comme Christine Lagarde, directrice générale du FMI, mais contrairement à l’Allemagne, il pense que l’austérité  n’est pas une solution pour l’Europe à moyen terme. D’après lui, il faut offrir aux européens des nouvelles perspectives de croissance et il est nécessaire de réfléchir à la croissance, à son financement et à son développement au niveau mondial. Il pense que le multilatéralisme, même s’il n’est pas toujours efficace, peut être une solution à la crise économique mondiale. La prochaine réunion des ministres des finances du G20 le 4/11/2012 à Mexico permettra à Pierre Moscovici de continuer à participer aux débats sur la nécessité de la croissance à l’échelle mondiale.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/12/petrole-ralentissement-de-la-demande-confirme-dans-les-pays-developpes_1774778_3234.html

D’après l’article du Monde publié le 12 Octobre 2012 on peut constater aujourd’hui un ralentissement de la demande de pétrole dans les pays développés.

Ce qui pourrait sembler être une bonne nouvelle, puisque cela signifie une baisse des tensions sur les marchés pétroliers dans les prochaines années, est en réalité dû en grande partie à la crise économique mondiale. Dans son étude prospective, l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) constate que « même la Chine, principal moteur de la hausse de la demande » depuis une dizaine d’années,  a ralenti sa demande et que d’ici à 2016, la demande du pétrole au niveau mondial ne progressera que de 1,2 % par an.

Maria van der Hoever, directrice générale de l’AIE, précise aussi que, d’après cette étude prospective, un équilibre entre l’offre et la demande  devrait apparaître dans les prochaines années. En effet, la production de l’or noir semble redémarrer dans certains pays comme la Lybie, l’Arabie saoudite ou l’Irak mais aussi en Amérique du Nord où du pétrole non conventionnel est extrait. Cette nouvelle est plutôt rassurante, puisque le niveau de la capacité de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole)  à produire du pétrole en cas de pénurie était jugé dangereusement bas. Il passerait de 3,65 millions de barils cette année à plus de 5 millions dans cinq ans.

Malgré cela, il n’est pas prévu de chute des prix du pétrole qui devrait rester  relativement élevé (prix moyen du baril brut importé prévu en 2017 à 89 $ contre 107 $ en 2012). Par contre, l’étude prospective annonce une  évolution de la carte du commerce mondial du pétrole d’ici à cinq ans, puisque l’Amérique du Nord où du pétrole non conventionnel est extrait pourra s’auto-suffire et que les capacités de raffinage continueront de basculer vers l’Asie et le Moyen-Orient.

2. Économie du développement durable

2.1 La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l'environnement ?

Notions : Capital naturel, physique, humain, social et institutionnel, biens communs, soutenabilité.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2012/10/04/01008-20121004ARTFIG00660-l-opinion-mondiale-s-inquiete-du-rechauffement-climatique.php

 

Cet article paru dans Le Figaro écrit par Marielle Court a été publié le 4/10/2012. Il s'appuie sur un sondage auprès de 13 000 personnes réparties dans 13 pays. Interrogées  par IPSOS (Institut de sondage français) pour le compte de la société Axa, neuf personnes sur dix pensent que le climat a changé et trois sur quatre que c'est prouvé.

En effet, malgré la crise économique, le réchauffement climatique reste une préoccupation majeure pour l'opinion publique.Une étude montre que les citoyens éprouvent un interêt permanent pour les changements climatiques malgré la crise, l'emploi ou le chômage. De plus, ce sont des critères géographiques et de lieux de résidence qui sont pris en compte par le sondeur plutôt que des critères d'âges ou de professions. On en déduit donc que les pays où la population est la plus inquiète se situe dans des zones à risques. Les plus vulnérables sont donc les pays émergents. L'une des première conséquences du changement climatique est sans aucun doute la hausse de la température. Une grande partie des sondés pensent que les évènements climatiques extrêmes (les risques de mauvaises récoltes ... ) qui sont de plus en plus présents, ont un lien avec le réchauffement climatique. Mais les scientifiques préfèrent prendre du recul même s'ils relèvent une augmentation des évènements extrêmes en 30 ans.Face à ces risques, les dépenses en sinistres des assurances ne cessent d'augmenter. Elles doivent donc trouver des solutions et anticiper les risques en faisant appel par exemple à des climatologues. Néanmoins les sondés affirment que tout cela pourrait être évité, en commençant par réduire les émissions de gaz à effet de serre et en mettant en place des politiques d'adaptation pour chaque pays de la planète.

2.2 Quels instruments économiques pour la politique climatique ?

Notions : Règlementation, taxation, marché de quotas d'émission.

Sociologie

1. Classes, stratification et mobilité sociales

1.1 Comment analyser la structure sociale ?

Notions : Classes sociales, groupes de statut, catégories socio-professionnelles.

1.2 Comment rendre compte de la mobilité sociale ?

Notions : Mobilité intergénérationnelle/intra-générationnelle, mobilité observée, fluidité sociale, déclassement, capital culturel, paradoxe d'Anderson.

http://www.inegalites.fr/spip.php?article1643

Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres.

Cet article paru dans l'Observatoire des inégalités a été publié le 9 octobre 2012. Il contredit une idée reçue dans toute la France qui est que les jeunes d'origines immigrés réussissent moins biens que les autres à l'école. Affirmation soutenue par le ministère de l'Eucation qui met en première position les immigrés d'Asie du Sud-Est, en seconde position les non-immigrés et le reste du classement concerne les autres origines de migrants.De plus il affirme que le taux de bacheliers parmi les enfants dont la mère est diplômée est de 90,2 % contre 42,7% pour ceux dont la mère n'a aucun diplôme.

L'auteur dénonce ces données inexactes et appuie son point de vue en tenant compte du milieu social. Il affirme que les enfants d'origine immigrés sont en général issus de milieux moins qualifiés. Si on s'intéresse à une étude du ministère de l'Education qui concerne le pourcentage de bacheliers parmi les enfants dont aucun des parents n'a le baccalauréat, on remarque qu'il n'y a aucune différence entre les non-immigrés et les immigrés du Maghreb. Sortis du lot, les immigrés d'Asie du Sud-Est qui arrivent en première place, et les immigrés turque qui arrivent en dernière place. Pour l'auteur, il faut donc comparer ce qui est comparable, c'est-à-dire : à catégorie sociale, niveau de diplômes des parents ou composition familiale égale.Car pour lui, l'appartenance à un milieu social défavorisé influence la réussite à l'école. Lorsqu'on met cette théorie en application, on voit que les immigrés d'origine maghrébine ou asiatique ont la probabilité la plus forte de réussite. Elle s'explique par la pression exercée par les parents immigrants qui veulent la réussite scolaire pour eux comme pour leurs enfants, contrairement aux parents non-immigrés peu qualifiés qui ont été confrontés à l'échec scolaire. Donc considérer que l'échec scolaire et le chômage sont la conséquence de l'immigration est une erreur dans notre pays.

2. Intégration, conflit, changement social

2.1 Quels liens sociaux dans des sociétés où s'affirme le primat de l'individu ?

Notions : Solidarité mécanique/organique, cohésion sociale.


2.2 La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social ?

Notions : Conflits sociaux, mouvements sociaux, régulation des conflits, syndicat.

Regards croisés

1. Justice sociale et inégalités

1.1 Comment analyser et expliquer les inégalités ?

Notions : Inégalités économiques, inégalités sociales

1.2 Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ?

Notions : Égalité, équité, discrimination, méritocratie, assurance/assistance, services collectifs, fiscalité, prestations et cotisations sociales, redistribution, protection sociale.

2. Travail, emploi, chômage

2.1 Comment s’articulent marché du travail et organisation dans la gestion de l’emploi ?

Notions : Taux de salaire réel, coût salarial unitaire, salaire d'efficience, salaire minimum, contrat de travail, conventions collectives, partenaires sociaux, segmentation du marché du travail, normes d'emploi.

2.2 Quelles politiques pour l'emploi ?

Notions : Flexibilité du marché du travail, taux de chômage, taux d'emploi, qualification, demande anticipée, équilibre de sous-emploi, salariat, précarité, pauvreté.

Economie

3. Mondialisation, finance internationale  et intégration européenne

3.1 Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ?

Notions : Avantage comparatif, dotation factorielle, libre-échange et protectionnisme, commerce intra-firme, compétitivité prix et hors prix, délocalisation, externalisation, firmes multinationales.


3.2 Comment s'opère le financement de l'économie mondiale ?

Notions : Balance des paiements, flux internationaux de capitaux, devises, marché des changes, spéculation.

3.3 Quelle est la place de l'Union européenne dans l'économie globale ?

Notions : Euro, union économique et monétaire.

Actions sur le document